samedi 4 avril 2009

Gaumont-Kinopanorama (Paris 15ème)


Une des plus tristes nouvelles de ces dernières années, avec la fermeture de ce temple mythique du septième art... le Kino comme tous ses fans l'appelaient affectueusement !

L'histoire de ce lieu commence en 1919, avec la naissance avenue de La Motte-Picquet du Splendid-Palace, un immense temple du cinéma avec ses 1500 fauteuils.

Intégré au circuit Gaumont de 1922 à 1949, le cinéma est modernisé en 1937 en perdant au passage 500 fauteuils...

En 1959, le cinéma est rasé pour laisser place à un luxueux immeuble d'habitation comprenant une salle de cinéma.

C'est en septembre de la même année qu'est inauguré le Kinopanorama, avec sa salle de 870 places sur trois niveaux.

Il porte le nom d'un procédé soviétique de projection triple-écran, utilisé dans cette salle jusqu'au milieu des années 60 où il est remplacé par un équipement 70 mm.

Au temps du 70 mm - Document © SIAF/Cité de l'Architecture et du Patrimoine/Archives d'Architecture du XXe siècle - Cliché Anonyme

L'absence de copies 70 mm a failli causer la perte du Kino en 1977, qui était sur le point de se transformer en supermarché, quand arrive son salut grâce à la projection triomphale en exclusivité pendant 11 semaines de la Palme d'Or cannoise 1979, "Le Tambour".

Seul cinéma parisien à proposer des projections 70 mm dans des conditions techniques irréprochables, le Kino connaît une période exceptionnelle, augmentant chaque année son audience jusqu'à atteindre son record en 1986 avec 450 000 entrées...

L'intérieur de la salle en octobre 1985

En 1992, la salle est reprise par Gaumont qui relooke la salle et la rebaptise même pendant quelques mois en "Gaumont Grand-Ecran Grenelle", espérant surfer sur le succès du "Gaumont Grand-Ecran Italie" ultra-moderne qui vient d'ouvrir à la Place d'Italie !

C'est un échec, et la salle redevient rapidement le "Gaumont-Kinopanorama".

Progressivement, les fidèles habitués qui n'hésitaient pas à traverser Paris ou à venir de banlieue pour aller au Kino se détournent alors de cette salle, préférant le modernisme du Grand-Ecran ou les nouveaux multiplexes qui fleurissent à Paris, aux Halles, à Montparnasse ou même à la Place Clichy...

La salle se met à péricliter, et devient un cinéma de quartier en terme de fréquentation...

A partir de 1999 les menaces de fermeture se mettent à planer... et l'irréparable se produit dans l'anonymat général le mardi 9 juillet 2002 à la fin de la séance de 18h00, un dessin animé Walt Disney sans grand succès...




Merci à mon frère, Jean-Luc, qui a photographié le cinéma une semaine avant sa fermeture, avec au programme la reprise prestigieuse de "Amadeus" de Milos Forman, en version longue et son numérique...

Longtemps annoncé comme devant devenir un restaurant, le lieu resta longtemps fermé, puis devint en 2004 une salle de réception et événementiels, baptisée "Espace Kino" qui fit rapidement faillite...

L'emplacement est aujourd'hui occupé par une salle de "remise en forme"...

 Capture d'écran © Google Earth

Quelle tristesse !

Localisation : Paris 15ème - 60, avenue de La Motte-Picquet


7 commentaires:

  1. c'est lamentable! avec les moyens dont on dispose aujourd'hui on aurait pu continuer à exploiter cette salle. Bravo pour le soutien du ministère de la culture !

    RépondreSupprimer
  2. Dire que c'est dans cette salle prestigieuse que j'ai eu le bonheur de découvrir des chefs d'oeuvre tels "TESS" ou "LA FILLE DE RYAN"... Hormis de nouveaux films en I-MAX, je n'ai plus connu de telles sensations qu'au KINE. Sniff...

    RépondreSupprimer
  3. Vu au kino en 1970 Waterloo de Bondartchouk, sympa

    RépondreSupprimer
  4. un vrai et beau ciné Parisien....j'adorai le Kino

    RépondreSupprimer
  5. E.T, MAD MAX 3, RAMBO 2, L'ANNEE DU DRAGON, GHOSTBUSTERS, PINK FLOYD THE WALL, HEAVEN AND EARTH, UNE BALLE DANS LA TETE, LE SYNDICAT DU CRIME 1 et 2 voici quelques films appréciés au KINOPANORAMA!

    RépondreSupprimer
  6. The Rose : ça dansait et hurlait dans la salle !
    Vu Amadeus juste avant la fermeture : la climatisation faisait un bruit à faire se retourner Mozart dans sa tombe !
    C'était ma salle préférée. Heureusement qu'il reste le Max Linder.

    RépondreSupprimer
  7. Titanic dans cette salle!!!on coulait avec Jack et Rose....c est un incroyable gâchis d avoir abandonné cette salle

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...