mercredi 29 avril 2009

Cinéma du Casino (Houlgate - 14)


Face à la plage et à la mer, et dans l'enceinte du casino de Houlgate (14), se trouve l'entrée de la salle de cinéma de 250 places.

Classé "Art et Essai", le cinéma a conservé le charme des belles salles des années 60, avec son rideau de scène et ses appliques murales...

Sur le plan technique, l'équipement est du dernier cri, avec son numérique et écran de plus de 12m de base !

Le cinéma est ouvert toute l'année, en week-end hors vacances scolaires, et tous les jours pendant les vacances scolaires.

Sa programmation propose des films grand public en exclusivité, des séances art et essai, et des séances à destination du jeune public.

Il est également partenaire du "Festival du Film Européen de Houlgate".

Localisation : Houlgate (14) - 41, rue Henri-Dobert


mardi 28 avril 2009

Monge (Paris 5ème)


Encore un cinéma disparu, dont on peut encore deviner les traces du passé sur la façade du banal supermarché qui l'a remplacé... destin hélas si fréquent pour nombre d'établissements de la capitale !

Le "Monge-Palace" a ouvert ses portes en 1922, c'était alors une belle salle "à l'italienne" comprenant 1300 fauteuils !

Rebaptisé par la suite en perdant au passage son qualificatif de palace, le "Monge" a fermé définitivement ses portes à la fin des années 70.

Localisation : Paris 5ème - 34, rue Monge


lundi 27 avril 2009

Amiral (Saint-Malo - 35)


Ce beau cinéma malouin, à la façade majestueuse, érigée face à l'océan, est hélas fermé...

 Capture d'écran © Google Maps

Dommage, car la salle unique était spacieuse et confortable avec ses 380 fauteuils club et son équipement technique moderne...

Ajout du 17 janvier 2016 : photographie du cinéma à vendre en juin 2014...

Capture d'écran © Google Earth

Localisation : Saint-Malo (35) - 12, chaussée du Sillon


samedi 25 avril 2009

Royal-Rivoli (Paris 4ème)


Etrange destin pour ce cinéma de la très animée rue de Rivoli, à deux pas du Châtelet et de l'Hôtel de Ville...

Ouvert en 1935, cette salle appartient au circuit "Cinéac", spécialisé dans la projection en continu de films d'actualité, entrecoupés de dessins animés et documentaires.

Ayant pour nom le "Cinéac-Le Journal", puis le "Cinéac-Rivoli", c'est alors une salle de 352 places.

Au fil des années, et au fur et à mesure du développement de la télévision, les cinémas d'actualités disparaissent du paysage parisien et se transforment pour la plupart en cinémas traditionnels.

C'est le cas de cette salle, qui devient un cinéma de quartier, le "Royal-Rivoli".

Au début des années 80, c'est hélas l'heure de la fermeture définitive... et l'endroit se transforme en une grande solderie, conservant son nom, sa marquise et même son cadre d'affiche !

A l'intérieur, tout laisse deviner l'origine du lieu : le couloir d'accès à la salle, la hauteur sous plafond, les piliers, les fenêtres de projection, et même les trous de fixation au sol des fauteuils !

Un incendie, survenu le mercredi 31 août 2005, a mis un terme à l'activité de ce commerce, et le bâtiment est désormais muré, la marquise et le cadre d'affiche étant toutefois toujours en place !

Mise à jour du 13 novembre 2014 : plus aucune trace de l'ancien cinéma ne subsiste, un commerce ayant été reconstruit à sa place...

 L'ancien hall d'entrée en cours de transformation en commerce...

Disparition de la marquise et du cadre d'affiche... - Capture d'écran © Google Maps

Localisation : Paris 4ème - 78, rue de Rivoli


vendredi 24 avril 2009

Théâtre Municipal (Domfront - 61)



Ce n'est pas un cinéma à part entière, mais c'est le seul endroit pour visionner régulièrement à Domfront (61) des films sur grand écran, depuis la fermeture à la fin des années 80 du seul cinéma de la ville, le Rex (histoire à venir sur ce blog...).

Le réseau "Génériques", créé en Basse-Normandie à l'initiative de la Ligue de l'enseignement et de l'éducation permanente, propose des films dans l'esprit même de l'éducation populaire.

Avec l'aide de bénévoles des associations culturelles ou de loisirs, il maintient la diffusion de films en milieu rural et suburbain.



La chapelle du collège de Domfront, bénie en 1732, a été transformée en 1904 en théâtre municipal.

Outre l'activité de salle de cinéma, il sert aussi de salle de conférences notamment dans le cadre des cycles "Connaissances du Monde".

Différents galas et concerts y sont également régulièrement donnés.

Localisation : Domfront (61) - 5, rue de Godras


jeudi 23 avril 2009

Cabieu (Ouistreham - 14)

Photo libre de droit (domaine public)

Un petit détour par la côte de nacre, avec ce charmant petit cinéma d'art et essai et sa salle de 352 places, abritée dans un bâtiment à l'architecture à colombage typique de la Normandie !

Ce cinéma est géré par une association loi 1901 depuis 1983.

Localisation : Ouistreham (14) - 5, avenue Michel-Cabieu


mardi 21 avril 2009

Vox (La Ferté-Macé - 61)


A l'occasion d'une semaine de vacances en Normandie, voici le souvenir d'un cinéma à salle unique de 320 places, qui semble fermé depuis longtemps...



C'est indiqué sur la porte : le bâtiment est à vendre... avis aux amateurs !

Il avait fière allure dans l'ancien temps, quand il attirait la clientèle en proposant du "cinéma parlant" !

 Photo libre de droit (domaine public)

Localisation : La Ferté-Macé (61) - 25, avenue Thiers

 

mercredi 15 avril 2009

Chateaubriand (Combourg - 35)


Ce petit cinéma à salle unique classée "Art et Essai" de 234 places est intégré au sein d'un ancien édifice d'enseignement, datant de la fin du 19ème siècle ou début du 20ème siècle, réaffecté en 1930 en foyer culturel (partie gauche) et salle de cinéma (partie droite).

Le cinéma est ouvert au public du mercredi au dimanche, et a comme particularité d'être géré par une association de bénévoles passionnés, au nombre d'environ cinquante, qui prennent sur leur temps libre pour faire vivre avec succès ce lieu !

Localisation : Combourg (35) - 14, rue de Malouas


lundi 13 avril 2009

Bellevue (Paris 20ème)


Sur la longue liste des cinémas disparus, voici un cinéma typique "de quartier", qui comportait 280 fauteuils, et qui ouvrit ses portes à Belleville en janvier 1905 sous le nom de "Cinématographe Parisien", et sous la houlette d'un dénommé Etienne Astier qui faisait alors figure de pionnier des cinémas de quartier.

Par la suite ce cinéma deviendra le "Cinéma Gavroche", le "Ciné Bellevue" puis le "Bellevue", nom sous lequel il terminera sa carrière le 6 septembre 1989...

Spécialisé dans les films d'action, il fonctionnait en tandem avec le cinéma "Agora", et proposait lui aussi des séances en double programme, avec changement de programmation le dimanche.

De nos jours, le lieu abrite un synagogue, la marquise et le support d'affiche (encore visibles sur ma photo) ayant hélas disparus depuis...

Localisation : Paris 20ème - 118, boulevard de Belleville


vendredi 10 avril 2009

Lido (Manosque - 04)

A son ouverture il y a un peu plus de 50 ans, le Lido possédait une salle unique de 580 places.


Au moment où la photo a été prise, ce sympathique petit cinéma à l'allure très provençale, situé dans la patrie de Jean Giono, possédait 3 salles, la troisième de 140 places ayant ouvert en 1979.

Depuis août 2001, le cinéma a été repris et intégré au groupe "Cinémovida", une chaîne originale et dynamique de salles qui allient "art et essai" et "films grand public".

Il comprend maintenant 4 salles (238, 77, 140 et 140 places).

Localisation : Manosque (04) - 2, avenue Saint-Lazare


mercredi 8 avril 2009

Studio-Contrescarpe (Paris 5ème)


Ouvert en 1973, ce petit cinéma à salle unique d'environ 100 places avec balcon, situé non loin de la rue Mouffetard, aura eu une existence assez brève... il a en effet fermé ses portes le 28 février 1987.

A noter dans le hall la caisse en forme d'araignée géante... visible sur la photo, ainsi que d'autres éléments de décor, tels que des battants de portes en forme de mâchoires, portant la marque de l'ancien propriétaire du lieu qui possédait également le "Styx", un cinéma du quartier latin spécialisé dans les films d'horreur !

 L'étonnant décor de la salle, photographiée en 1967 - © Le Film Français / Merci à Didier Noisy

Devenu ensuite un théâtre-cabaret-restaurant baptisé le "Baudet Blanc", c'est maintenant un petit théâtre de quartier spécialisé dans les spectacles comiques et humoristiques, qui a conservé le balcon de l'ancien cinéma...

Localisation : Paris 5ème - 5, rue Blainville


lundi 6 avril 2009

Lux (Riom - 63)


Ce petit cinéma à salle unique de 197 places est le seul encore en activité à Riom, deuxième ville du département du Puy-de-Dôme.

Il connaît malheureusement quelques difficultés de trésorerie... à tel point qu'il a du fermer ses portes pendant plus d'un mois le 15 février dernier...

Depuis, grâce à quelques subventions, l'activité à repris... mais pour combien de temps ?

La fréquentation a hélas fortement chuté depuis l'ouverture d'un multiplexe à Clermont-Ferrand (sud), ville distante de 13 kilomètres, qui attire une bonne partie de la population riomoise avec son offre largement supérieure en terme de choix...

Et ce n'est pas l'arrivée programmée d'un deuxième multiplexe à Clermont-Ferrand (nord) qui va arranger le sort de ce petit cinéma indépendant !

Son gérant dynamique est décidé à se battre pour survivre... mais son combat s'apparente hélas à la lutte du pot de terre contre le pot de fer...

Mise à jour du 17 janvier 2016 : après sa fermeture en septembre 2015 en raison des difficultés financières persistantes, le cinéma a finalement rouvert ses portes le 4 novembre 2015 après l'obtention d'une subvention. Mais l'ouverture annoncée d'un multiplexe dans deux ans devrait hélas sceller son sort... 


Localisation : Riom (63) - 3, rue Pascal


samedi 4 avril 2009

Gaumont-Kinopanorama (Paris 15ème)


Une des plus tristes nouvelles de ces dernières années, avec la fermeture de ce temple mythique du septième art... le Kino comme tous ses fans l'appelaient affectueusement !

L'histoire de ce lieu commence en 1919, avec la naissance avenue de La Motte-Picquet du Splendid-Palace, un immense temple du cinéma avec ses 1500 fauteuils.

Intégré au circuit Gaumont de 1922 à 1949, le cinéma est modernisé en 1937 en perdant au passage 500 fauteuils...

En 1959, le cinéma est rasé pour laisser place à un luxueux immeuble d'habitation comprenant une salle de cinéma.

C'est en septembre de la même année qu'est inauguré le Kinopanorama, avec sa salle de 870 places sur trois niveaux.

Il porte le nom d'un procédé soviétique de projection triple-écran, utilisé dans cette salle jusqu'au milieu des années 60 où il est remplacé par un équipement 70 mm.

Au temps du 70 mm - Document © SIAF/Cité de l'Architecture et du Patrimoine/Archives d'Architecture du XXe siècle - Cliché Anonyme

L'absence de copies 70 mm a failli causer la perte du Kino en 1977, qui était sur le point de se transformer en supermarché, quand arrive son salut grâce à la projection triomphale en exclusivité pendant 11 semaines de la Palme d'Or cannoise 1979, "Le Tambour".

Seul cinéma parisien à proposer des projections 70 mm dans des conditions techniques irréprochables, le Kino connaît une période exceptionnelle, augmentant chaque année son audience jusqu'à atteindre son record en 1986 avec 450 000 entrées...

L'intérieur de la salle en octobre 1985

En 1992, la salle est reprise par Gaumont qui relooke la salle et la rebaptise même pendant quelques mois en "Gaumont Grand-Ecran Grenelle", espérant surfer sur le succès du "Gaumont Grand-Ecran Italie" ultra-moderne qui vient d'ouvrir à la Place d'Italie !

C'est un échec, et la salle redevient rapidement le "Gaumont-Kinopanorama".

Progressivement, les fidèles habitués qui n'hésitaient pas à traverser Paris ou à venir de banlieue pour aller au Kino se détournent alors de cette salle, préférant le modernisme du Grand-Ecran ou les nouveaux multiplexes qui fleurissent à Paris, aux Halles, à Montparnasse ou même à la Place Clichy...

La salle se met à péricliter, et devient un cinéma de quartier en terme de fréquentation...

A partir de 1999 les menaces de fermeture se mettent à planer... et l'irréparable se produit dans l'anonymat général le mardi 9 juillet 2002 à la fin de la séance de 18h00, un dessin animé Walt Disney sans grand succès...




Merci à mon frère, Jean-Luc, qui a photographié le cinéma une semaine avant sa fermeture, avec au programme la reprise prestigieuse de "Amadeus" de Milos Forman, en version longue et son numérique...

Longtemps annoncé comme devant devenir un restaurant, le lieu resta longtemps fermé, puis devint en 2004 une salle de réception et événementiels, baptisée "Espace Kino" qui fit rapidement faillite...

L'emplacement est aujourd'hui occupé par une salle de "remise en forme"...

 Capture d'écran © Google Earth

Quelle tristesse !

Localisation : Paris 15ème - 60, avenue de La Motte-Picquet


vendredi 3 avril 2009

Cap'Cinéma, ancien "Ciné Marey" (Beaune - 21)


Encore un ancien cinéma de centre-ville disparu et remplacé par un complexe excentré...

Au cœur de la magnifique ville de Beaune (21), le Ciné Marey, complexe de 5 salles pour 730 fauteuils et proposant des films en exclusivité et version française, avait remplacé en 1991 l'ancien cinéma "Patria", une salle unique de 564 places.

Quelques mois avant sa fermeture définitive, le cinéma change encore de nom, et devient en 2005 le Cap'Cinéma... nom qui sera repris par un nouveau complexe de 6 salles et 873 fauteuils.

Edifié en périphérie et inauguré en août 2007, ce "miniplexe" signe définitivement la mort de l'ancien cinéma de centre-ville !

De nos jours, l'ancien Ciné Marey, propriété de la municipalité de Beaune, est en vente et attend toujours une nouvelle destination... aux dernières nouvelles, un projet de marché bio au rez-de-chaussée et de logements pour étudiants à l'étage serait envisagé...

Mise à jour du 11 janvier 2016 : l'ancien cinéma a malheureusement été démoli et remplacé par un immeuble moderne de logements...

 Capture d'écran © Google Maps

Localisation : Beaune (21) - 32, avenue de la République


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...