dimanche 31 juillet 2011

Ciné-Monts (Saint-Jean-de-Monts - 85)


Ce sympathique petit cinéma à la façade discrète est le seul en activité dans la station balnéaire de Saint-Jean-de-Monts (85).

Il est constitué d'une salle unique de 361 places (444 places en 1969), classée art et essai et gérée par une association culturelle locale, les Cousins de Monts, qui propose une programmation à l'année renforcée comme il se doit en période estivale.


Une belle fresque peinte située sur un des côtés du bâtiment nous apprend que l'établissement a fêté son cinquantenaire en 1997 !


Localisation : Saint-Jean-de-Monts (85) - 58, rue du Général-de-Gaulle

 

vendredi 22 juillet 2011

Rex (Mulhouse - 68)

Il y a quelques années déjà, Christophe m'avait transmis des photos et informations sur de nombreuses salles de sa bonne ville de Mulhouse, ce qui m'avait permis de vous les présenter sur ce blog.

Voici donc un nouveau sujet sur un cinéma disparu, dont l'historique nous est proposé par Christophe.

Le cinéma Rex dans les années 70...


Au milieu des années 20, est créé le Casino qui comporte notamment un cinéma, un dancing et un restaurant. 

En 1953, le Rex est construit à sa place, une salle moderne de près de 1000 fauteuils, rénovée en 1966, qui accueille aussi de nombreuses conférences et des soirées de gala.

En 1975 deux films érotico-porno attirent à eux seuls près de 140 000 spectateurs, un record.

A l’occasion de la sortie de « Tremblement de terre », la salle est équipée du procédé Sensurround permettant aux spectateurs de ressentir les vibrations. Ce système sera utilisé pour plusieurs films.

Située dans un périmètre très recherché (même si les divers projets de remplacement seront abandonnés) et devenue trop grande, la salle se consacre à des films érotiques à partir de l’été 1979 jusqu’à sa fermeture le 1er décembre 1982.

Finalement démoli en 1984, le Rex est remplacé quelques années plus tard par un grand immeuble de verre comprenant commerces, bureaux et logements.

Localisation : Mulhouse (68) - 33, avenue de Colmar 

Encore un très grand merci à Christophe ! 

 

lundi 18 juillet 2011

MK2 Nation (Paris 12ème)

Photo © LPLT / Wikimedia Commons, juin 2010 - Licence Creative Commons Attribution ShareAlike 3.0

A cet emplacement s'élevait en 1912 un cinéma de 900 places, baptisé "Palais du Trône".

Sa carrière est de courte durée, puisqu'en mai 1913 l'établissement est vendu à un comique troupier du nom de Brunin, qui le transforme en café-concert portant son nom.

Après vingt ans de revues et tours de chants, le lieu retourne à l'exploitation cinématographique : le 20 octobre 1933, après restructuration complète, le "Brunin-Variétés" ouvre au public et propose une belle salle de 850 places avec balcon, derrière une splendide façade Art-Déco !

Document © SIAF/Cité de l'Architecture et du Patrimoine/Archives d'Architecture du XXe siècle - Cliché Anonyme

Rebaptisé par la suite "Brunin", le cinéma à salle unique ferme ses portes en mai 1974 pour être transformé en complexe de 3 salles, perdant au passage sa magnifique façade...

Ouvert en décembre 1974, le cinéma "Les Nation" se compose d'une grande salle en gradin de 400 places, construite à l'emplacement de l'ancien balcon, et de deux salles de 200 et 100 places situées en sous-sol.


A l'automne 1981, une quatrième salle de 285 places est ajoutée au complexe, par acquisition et transformation d'un garage automobile situé à gauche du cinéma.


Racheté par l'exploitant parisien Marin Karmitz, le cinéma devient le "14 Juillet-Nation" à la fin de l'année 1997, avant de prendre son nom actuel de "MK2 Nation" le 29 avril 1998.

Localisation : Paris 12ème - 133, boulevard Diderot

 

mardi 12 juillet 2011

Petit Coucou (Lyon 2ème - 69)

Photo libre de droit (domaine public)

C'est en octobre 1906 que voit le jour au 98 de la rue de l'Hôtel-de-Ville (actuelle rue Edouard-Herriot), en lieu et place d'un restaurant, un établissement cinématographique, pompeusement baptisé "Cinématophone Modern Theater" !

 Photo libre de droit (domaine public)

La salle de 400 places à l'origine (230 seulement en 1961) ressemble beaucoup à un théâtre, avec ses deux galeries latérales.

L'établissement changera souvent de nom : c'est ainsi qu'il s'appellera "Modern'Cinéma" de 1936 à 1953, "Duo" de 1953 à 1979, "Modern'39", puis finalement "Petit Coucou" de 1979 à 1985.

Sa programmation connaitra aussi beaucoup de soubresauts : si en 1958, le "Duo" est la première salle art et essai lyonnaise, le "Petit Coucou" s'orientera vers un autre genre de cinéma, étant même classé X en 1979 et en 1982, avant de fermer définitivement ses portes en mars 1985...

Capture d'écran © Google Maps

De nos jours, en passant devant le 98 de la rue Edouard-Herriot, il est difficile de deviner l'existence d'un ancien cinéma derrière la façade de ce magasin de vêtements pour enfants...

Localisation : Lyon 2ème - 98, rue Edouard-Herriot

 

mercredi 6 juillet 2011

New-York (Paris 9ème)

Photo libre de droit (domaine public)

L'origine de ce cinéma des Grands-Boulevards à la façade arrondie remonte à l'année 1932, avec l'ouverture le 19 février d'un cinéma d'actualités baptisé "Cinéphone".

 Le "Cinéphone" en 1934 -  Photo © jacques Boyer / Roger-Viollet / http://www.parisenimages.fr/

Les actualités ont une durée de 50 minutes, et sont projetées en séances permanentes de 12h00 à 24h00 dans la salle de 300 places.

Photo libre de droit (domaine public)

Photo libre de droit (domaine public)

Rebaptisé par la suite "Cinéphone-Actualités", puis "Cinéphone-Italiens", l'établissement s'oriente en 1947 vers une programmation classique et devient le "New-York".

Sa carrière sera malheureusement assez brève, le cinéma fermant définitivement ses portes en décembre 1956...

 Capture d'écran © Google Maps

Son emplacement est aujourd'hui occupé par une banque.

Localisation : Paris 9ème - 2-6, boulevard des Italiens

 

vendredi 1 juillet 2011

Ciné-Union (Limoges - 87)

Photo libre de droit (domaine public)

La construction de cet établissement a débuté au printemps 1910.

Créée en 1881 dans le secteur d'activité de la porcelaine, l'Union de Limoges était une société coopérative ouvrière, qui avait entrepris la construction d'une grande salle des fêtes, devant également servir de salle pour les assemblées générales.

Inaugurée le 26 août 1911 au 14 de la rue de la Fonderie (actuellement 20 rue des Coopérateurs), la salle accueille, entre autres divertissements, dès ses débuts des projections cinématographiques Pathé.

Photo libre de droit (domaine public)

La magnifique façade en parement de pierres de taille masque en fait un bâtiment construit en béton armé et structures métalliques, matériaux assez novateurs pour l'époque.

Photo libre de droit (domaine public)

Constituée d'un parterre, d'un balcon et de deux galeries latérales, la salle comptait 2200 places assises, et pouvait accueillir jusqu’à 6000 spectateurs debout !

Devenu "Ciné-Union" après la première guerre mondiale, l'établissement continue une longue carrière, accueillant de temps à autres des représentations théâtrales, des meetings politiques et même des matchs de boxe !

La dernière séance a lieu le 14 janvier 1971, puis le bâtiment entre dans une longue période de sommeil et voit son existence menacée, jusqu'au rachat par la municipalité en 1986 qui le rénove.

Capture d'écran © Google Maps

Capture d'écran © Google Maps

Devenu Théâtre de l'Union - Centre Dramatique National du Limousin en 1989, le lieu accueille dorénavant 360 spectateurs, dans un décor qui a conservé des éléments du passé glorieux (balcon, galeries...).

Localisation : Limoges (87) - 20, rue des Coopérateurs

 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...