mercredi 27 avril 2011

Pathé (Montpellier - 34)

Photo libre de droit (domaine public)

Cet établissement en pierre de taille à la façade imposante a ouvert ses portes le 6 janvier 1909.

Construit par l'architecte bordelais Hector Loubatié, le "Cinématographe Pathé", dont le coq, emblème de la firme, trônait au fronton du bâtiment, possédait une grande salle de 900 places (parterre + balcon) à laquelle on accédait par deux grands escaliers situés de chaque côté du grand hall d'entrée.

Le cinéma, renommé plus simplement le "Pathé", continue une longue carrière et ferme définitivement ses portes en 1980.

Sa magnifique façade, classée monument historique, qui avait été dissimulée au cours du temps, a été restaurée dans sa configuration d'origine.

Cette salle appartient maintenant à la municipalité.

Elle est aujourd'hui devenue un centre culturel, le "Centre Rabelais", qui propose encore de temps à autres quelques projections !

 Photo © etnobofin / Flickr ®, février 2009 - Licence Creative Commons Attribution - ShareAlike 2.0 Generic

Localisation : Montpellier (34) - 27-29, boulevard Sarrail

 

lundi 25 avril 2011

Diderot (Paris 12ème)

Ce cinéma ouvre ses portes en 1911, sous le nom de "Rambouillet", du nom de la rue dans laquelle il se situe.

C'est une salle rectangulaire de 800 places, construite dans un ancien atelier édifié en 1902.

La façade de l'établissement est pourvue d'une élégante marquise vitrée, qui présente un bel arrondi au-dessus de l'entrée.

La façade du cinéma vers 1913 - Photo libre de droit (domaine public)

Menant une existence tranquille de cinéma de quartier, le "Rambouillet" subit quelques transformations en 1969, année où il devient une salle d'exclusivité rebaptisée le "Diderot", avec une capacité ramenée à 600 fauteuils.

Sa nouvelle carrière sera hélas assez brève, car le cinéma ferme définitivement ses portes le 7 août 1979.

Plus aucune trace ne subsiste de nos jours, le cinéma ayant été démoli et remplacé par un immeuble d'habitations et de bureaux...

Localisation : Paris 12ème - 12, rue de Rambouillet

 

jeudi 21 avril 2011

Jean-Jaurès (Sotteville-lès-Rouen - 76)


La façade du cinéma en 1938 - Photo libre de droit (domaine public)

Après le Trianon présenté il y a quelques mois, voici un deuxième établissement cinématographique de cette commune de la banlieue de Rouen, situé à quelques numéros du précédent, sur le même trottoir.

 La façade du cinéma dans les années 50... - Droits Réservés

Le "Jean-Jaurès", une salle de 620 places avec une scène de 10 m x 6 m, a ouvert ses portes en décembre 1932, et sa carrière a pris fin en juin 1969 (Source : site internet Rouentographe).

De nos jours, le bâtiment est toujours visible et ne trahit pas ses anciennes origines !

Depuis septembre 2008, l'ancien cinéma Jean-Jaurès est devenu un magasin sous l'enseigne "La Centrale des Vins"...

 Capture d'écran © Google Maps

Localisation : Sotteville-lès-Rouen (76) - 134, avenue du 14 Juillet

 

mardi 19 avril 2011

République-Cinéma (Paris 10ème)

Le "République-Cinéma" photographié vers 1963-1964 - © Bonnel Photo / Photographie publiée avec l'aimable autorisation de Monsieur Maurice Bonnel

Situé près de la Place de la République, ce cinéma se situait au 23 rue du Faubourg-du-Temple, il ne faut pas le confondre avec un autre établissement situé sur le trottoir opposé, au n°18, et qui a porté pendant quelques années un nom assez proche, le "Républic-Cinémas" !

Le "République-Cinéma" à ouvert ses portes le 13 novembre 1936.

C'était une salle de 541 places, qui proposait au départ une programmation à base d'actualités, de dessins animés et de films documentaires.

Reconverti par la suite dans le cinéma traditionnel, cet établissement mènera une vie tranquille de cinéma de quartier jusqu'à sa fermeture définitive à la fin des années 1970.

En 1980, l'ancien cinéma est transformé en dancing qui est toujours existant de nos jours.

Capture d'écran © Google Maps

Localisation : Paris 10ème - 23, rue du Faubourg-du-Temple 


vendredi 8 avril 2011

UGC Danton (Paris 6ème)


L'actuel cinéma qui se situe sur le carrefour de l'Odéon n'a plus rien à voir avec le magnifique établissement qui avait ouvert ses portes le 11 novembre 1920...

Le "Danton-Cinéma-Palace", comme il s'appelait à l'époque était l'œuvre de l'architecte Emile Vergnes.

Photo libre de droit (domaine public) / Collection de la Bibliothèque du Musée des Arts Décoratifs

Sa façade audacieuse présentait une grande arcade soutenue par deux poteaux, et abritait un hall en forme de coupole.

La salle, qui était alors la plus grande du quartier latin, accueillant 1200 spectateurs répartis entre l'orchestre et le balcon, avait la forme d'un grand rectangle de 31 m sur 12 m.

La décoration était luxuriante, avec au mur de grandes fresques représentant le jardin du Luxembourg.

Photo libre de droit (domaine public) / Collection de la Bibliothèque du Musée des Arts Décoratifs

Photo libre de droit (domaine public) / Collection de la Bibliothèque du Musée des Arts Décoratifs

Le cinéma se caractérisait également par la présence permanente d'un orchestre symphonique, et d'un orgue de cinéma !

Prévu à l'origine pour le cinéma muet, le "Danton-Cinéma-Palace" se convertit au parlant en 1930.

 Le "Danton" en 1951, avant modernisation de la façade © Bonnel Photo / Photographie publiée avec l'aimable autorisation de Monsieur Maurice Bonnel

Au cours des années 50, le cinéma, qui devient le "Danton", change radicalement de visage : le hall d'entrée qui était ouvert sur la rue se voit équipé de portes d'entrée, et la façade d'origine est recouverte d'un habillage en métal.

Le "Danton" photographié à l'été 1962 - © Bonnel Photo / Photographie publiée avec l'aimable autorisation de Monsieur Maurice Bonnel

Les murs de la salle perdent leurs fresques au profit de notes de musique en relief, et l'écran s'élargit pour accueillir le cinémascope.

Hélas, en 1977, l'immense salle du Danton ne résiste pas au projet de son nouveau propriétaire, l'Union Générale Cinématographique, qui la morcelle en quatre...

Le complexe, baptisé UGC Danton, comporte maintenant une grande salle de 330 places, à l'étage en lieu et place de l'ancien balcon., tandis que l'ancien orchestre est remplacé par les salles 2 à 4 (110, 100 et 90 places).

La nouvelle façade comporte quatre grandes affiches, agrémentées pendant un temps de flèches de néon clignotantes aujourd'hui disparues.


L'UGC Danton est un complexe très fréquenté, et propose une programmation exclusivement en version originale... quartier latin oblige !

Localisation : Paris 6ème - 99, boulevard Saint-Germain

 

lundi 4 avril 2011

La Couronne (La Roche-Bernard - 56)

Photo © Emmanuel Tabard / Flickr ®, septembre 2008 - Licence Creative Commons Attribution - ShareAlike 2.0 Generic

Une façade bien discrète caractérise le "Cinéma La Couronne", situé dans un bâtiment sans grande originalité, dans une impasse de la toute petite commune (moins de 800 habitants !) de La Roche-Bernard (56)...

Propriété de la municipalité, le cinéma à salle unique de 208 places propose des séances toute l'année du jeudi au dimanche, à l'exception des mois de juillet et août où les projections sont quotidiennes, la population augmentant fortement lors de la période estivale !

La programmation est éclectique, composée à la fois de films grand public, de films Art et Essai en version originale sous-titrée et de films pour enfants.

Peut-être s'agit-il de l'ancien cinéma "Le Foyer", une salle catholique de 336 places située dans la même rue (sans précision de numéro...) dont je trouve la trace dans mon annuaire Bellefaye 1969 ?

Cela reste à confirmer !

Ajout du 11 novembre 2011 : il s'agit bien de l'ancien "Foyer", cela m'a été confirmé par Natacha (merci à elle !) dont le grand-père tenait le cinéma.

 Localisation : La Roche-Bernard (56) - 2, rue de la Grée Blanche

 

samedi 2 avril 2011

Dôme (Boulogne-Billancourt - 92)

Photo libre de droit (domaine public)

Je possède malheureusement peu d'informations sur ce cinéma à l'existence relativement courte, qui a ouvert ses portes en 1913 sous le nom de "Palais du Dôme".

Après un intermède débuté en 1920, où l'établissement se transforme en un music-hall dénommé "Alhambra", il redevient un cinéma en conservant pour quelques temps ce nom, puis en devenant le "Dôme", jusqu'à sa fermeture définitive en 1938.

Plus aucune trace de ce bâtiment avec sa magnifique façade ouvragée ne subsiste de nos jours...

Localisation : Boulogne-Billancourt (92) - 18, rue du Dôme

 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...