vendredi 27 septembre 2013

Club (Lyon 2ème - 69)

Photo © Bibliothèque Municipale de Lyon - Georges Vermard - Licence Creative Commons by-nc-nd 2.0

Les origines de ce cinéma remontent à l'année 1911, avec la création du "Cinéma des Jacobins", une salle de 196 places, devenu "Palace-Cinéma" en 1913.

En 1954, l'établissement se spécialise dans les films érotiques, et devient l'année suivante le "Club".

 Au programme "Prends-la par surprise", avec en 1ère partie un film naturiste ! - Photo © Bibliothèque Municipale de Lyon - Georges Vermard - Licence Creative Commons by-nc-nd 2.0

A partir de 1976, l'escalade se poursuite et le "Club" devient un cinéma pornographique, à l'instar de sept autres établissements dans la cité lyonnaise, qui ne seront plus que trois en 1995...

En 2000 le cinéma cesse son activité.

A son emplacement se trouve aujourd'hui une bijouterie... une reconversion peu courante !

Capture d'écran © Google Maps

Localisation : Lyon 2ème (69) - 3, rue Childebert

 

vendredi 20 septembre 2013

Marcadet (Paris 18ème)

Photo libre de droit (domaine public)

Ce cinéma de quartier a ouvert ses portes en 1920.

Il est l’œuvre de l'architecte Paul Auscher, qui avait déjà à son actif le magnifique établissement "Batignolles-Cinéma" et le magasin "Félix-Potin" du 140 de la rue de Rennes (6ème).

Le "Marcadet-Palace", avec sa majestueuse façade en ciment armé, possédait une immense salle de 1700 places et une scène de 14 m x 8 m lui permettant d'accueillir également des spectacles de music-hall : c'est dans ce lieu qu'un certain Jean-Philippe Smet, future "idole des jeunes", fera sa première apparition en public !

Rebaptisé au fil des ans plus simplement le "Marcadet", ce cinéma de quartier fermera définitivement ses portes en 1974, victime du gigantisme de sa salle unique...

Démoli par la suite, c'est un supermarché que l'on trouve aujourd'hui à cette adresse...

Localisation : Paris 18ème - 110, rue Marcadet

dimanche 15 septembre 2013

Grenier à Sel - Cinéma Jean-Renoir (Trappes - 78)

Capture d'écran © Google Maps

Le cinéma de Trappes (78) est installé dans le plus vieux bâtiment de la ville, dans une ancienne grange appartenant au relais de poste voisin, devenue par la suite un grenier à sel.

Vers 1920, le bâtiment est transformé en cinéma, dont le nom semble être le "Grenier".

Après une interruption d'activité durant la seconde guerre mondiale, période à laquelle le lieu est transformé en hôpital de fortune, le cinéma reprend ses droits.

En 1964, le cinéma est rebaptisé le "Normandie", et attire les foules avec un nouveau procédé technique unique baptisé "Héraclorama", constitué d'un écran courbe donnant une sensation de relief.

La salle peut alors accueillir 350 spectateurs.

Droits Réservés

Après quelques années de fermeture et une rénovation complète entreprise en 1979, le lieu devient en 1980 le "Grenier à Sel - Cinéma Jean-Renoir", en hommage au grand réalisateur français.

 Droits Réservés

Depuis cette date, le cinéma classé art et essai propose des films d'auteur en version originale, des films grand public, des animations et soirées thématiques, des festivals, et une programmation à destination des jeunes et des écoliers.

  Capture d'écran © Google Maps

Depuis l'été 2012, le cinéma est équipé pour la projection numérique.

Plus d'informations et de photos sur cette vidéo :

video

Localisation : Trappes (78) - 1, rue de l'Abreuvoir

 

mercredi 11 septembre 2013

Cinéma Saint-Paul (Rezé - 44)

Capture d'écran © Google Maps

Cet établissement a été construit en 1936 par une association, la "Paternelle de Pont-Rousseau", et la première projection a eu lien en 1938.

Capture d'écran © Google Maps

La salle comportait à l'origine 525 places, constituées de fauteuils en bois avantageusement remplacés en 1955 par des fauteuils recouverts de tissu !

Au début des années 80, de profonds travaux sont entrepris pour améliorer le confort des spectateurs, et à cette occasion la capacité de la salle est ramenée à 425 places.

De nouvelles modifications sont apportées en 1995, avec la création d'un nouveau hall d'entrée, le remplacement de l'écran et l'équipement en son Dolby.

Récemment passé à la projection numérique et au 3D, le "Cinéma Saint-Paul", toujours géré par la même association, continue aujourd'hui sa dynamique carrière de cinéma d'art et d'essai de la région nantaise.

Une bonne nouvelle pour terminer : le terrain sur lequel est établi le cinéma a été mis en vente par son propriétaire, l’Évêché, et son rachat par la municipalité garantit la pérennité de l'activité cinématographique ! 

Localisation : Rezé (44) - 38, rue Julien-Douillard

Sources historiques : site internet du "Cinéma Saint-Paul"

samedi 7 septembre 2013

4 Normandy (Alençon - 61) / Compléments

Pour compléter un de mes premiers articles consacré début 2009 à ce complexe de 4 salles, voici des photos de la sortie de secours, qui fut certainement l'ancienne entrée principale du cinéma qui portait alors le nom de "Normandy", selon un ancien annuaire Bellefaye de 1969...



Admirez au passage la belle enseigne sculptée !


Je profite de ce complément pour indiquer que l'ouverture, prévue au premier trimestre 2014, d'un complexe de 7 salles en périphérie de la ville doit entraîner la fermeture des "4 Normandy"...

Mais le lieu devrait heureusement conserver une vocation culturelle, par sa transformation en un théâtre de 457 places dont l'ouverture est programmée en 2016.

Location : Alençon (61) - 6, rue des Carreaux / 20, Grande-Rue


dimanche 1 septembre 2013

Nouvel Odéon (Paris 6ème)


C'est le 6 mars 1965 que voit le jour en plein cœur du quartier latin un nouvel établissement à salle unique, le "Racine".

Curieusement nommé d'après le nom d'une rue voisine, le cinéma est en fait situé dans une autre artère, l'étroite rue de l'Ecole-de-Médecine.

 La salle au début des années 90, avec sa façade inchangée depuis 1965...

La salle de 275 places est construite à l'emplacement d'un commerce d'instruments de chirurgie.

 La salle en 1965 - © La Cinématographie Française

Le "Racine", dès ses origines, s'oriente tout naturellement vers le cinéma art et essai.

Des séances très animées et très fréquentées ont lieu le vendredi soir, réservé à la projection de films d'horreur !

En mai 1982, le cinéma intègre le circuit de Marin Karmitz, et devient alors le "14 Juillet-Racine".

En octobre 1986, à l'occasion d'un nouveau changement de propriétaire, le cinéma est rebaptisé "Racine-Odéon", et sa salle est entièrement refaite arborant pour l'occasion une uniforme couleur noire, y compris pour les fauteuils !

En 1992, le cinéma reprend son ancien nom de "Racine", avant de redevenir le "Racine-Odéon" à la fin de l'année 1997, à la faveur d'une nouvelle rénovation et notamment d'une nouvelle façade.

Automne 1997, fermeture pour travaux...




L’intérieur de la salle est également refait, et les fauteuils rouges, au nombre de 175 dorénavant, investissent la salle !

Photo libre de droit (Domaine public)

Le 30 juin 2010, le cinéma ferme plusieurs mois, avent de renaître le 17 novembre 2010 sous la forme d'un établissement entièrement modernisé, le "Nouvel Odéon", avec notamment un nouveau hall et un nouvel espace de restauration.

Octobre 2010, nouvelle "fermeture pour travaux" au programme !


La capacité de la salle est réduite à 120 fauteuils, pour un meilleur confort des spectateurs.

Localisation : Paris 6ème - 6, rue de l'Ecole-de-Médecine

Merci à Didider Noisy pour la photo de la salle en 1965.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...