jeudi 7 décembre 2017

Pathé-Wepler (Paris 18ème)

Photo © trash world, septembre 2009 / Flickr® -  Licence Créative Commons Attribution 2.0 Générique

 L'histoire de ce multiplexe de la Place Clichy, à la façade imposante, est riche puisqu'il réunit à lui seul trois établissements cinématographiques !

Au milieu des années 50, la firme "Pathé" acquiert une partie du restaurant "Le Wepler" dans le but de construire un cinéma qui doit concurrencer le célèbre "Gaumont-Palace" voisin.

Le cinéma "Pathé-Wepler" est inauguré le 21 septembre 1956.

La façade, entièrement vitrée, permet de voir les spectateurs emprunter les escaliers d'accès à la salle de 1700 places réparties sur trois niveaux (orchestre, mezzanine et balcon), et qui comporte une grande scène ainsi qu'une fosse d'orchestre.

Au mois de septembre 1969, l'immense salle est divisée en deux : une dalle est coulée au niveau de l'ancienne mezzanine.

A la partie supérieure se trouve la nouvelle grande salle de 1071 places (dont 400 au balcon), et au sous-sol est créée une nouvelle salle de 445 places, baptisée "Caravelle".

Le "Pathé-Wepler" en 1978 -  Photo © Roger-Viollet / http://www.parisenimages.fr/

L'histoire du lieu se poursuit avec l'annexion en 1989 du cinéma "Les Images" situé sur le même trottoir.

Cet établissement est plus ancien que son voisin, puisqu'il est né le 10 novembre 1938 sous le nom de "Ciné-Paris-Soir".

Le "Ciné-Paris-Soir" en 1944 -  Photo © LAPI / Roger-Viollet / http://www.parisenimages.fr/

Le "Ciné-Paris-Soir" en 1944 -  Photo © LAPI / Roger-Viollet / http://www.parisenimages.fr/

C'était alors un cinéma d'actualités, avec une salle de 750 places avec corbeille.

Il est rebaptisé "Ciné-Paris-Soir-Clichy" puis "Ciné-Presse-Clichy" en 1944.

Le 24 décembre 1947, il est transformé en cinéma d'exclusivité et prend le nom "Les Images".

La façade du cinéma "Les Images" en 1965 - © La Cinématographie Française

Lae hall du cinéma "Les Images" en 1965 - © La Cinématographie Française

Embed from Getty Images
Le cinéma "Les Images" en mai 1976, alors à salle unique

Le cinéma "Les Images" va se transformer en complexe de 4 salles au cours des années 80 : deux nouvelles salles sont créées en novembre 1982, puis une troisième en mai 1983.

En janvier 1990, son rattachement au "Pathé-Wepler" se concrétise encore plus par la nouvelle appellation des salles, qui deviennent les salles 3 à 6 du "Pathé-Wepler", mais il conserve toujours son accès indépendant.

La naissance du multiplexe de 12 salles "Pathé-Wepler" le 23 novembre 1994 nous donne l'occasion de parler du troisième cinéma qui va s'y retrouver intégré.

Situé sur l'avenue de Clichy, c'est le plus ancien des trois, puisque le "Métropole", un cinéma de 1100 places,  voit le jour en 1919.

En 1920 il est rebaptisé le "Sélect", puis "Select-Pathé" en 1930.

 Photo libre de droit (Domaine Public)

En septembre 1971, la grande salle avec balcon est scindée en trois : l'ancien balcon prolongé devient une salle de 496 places, et deux salles de 200 places sont construites dans le volume de l'ancien orchestre.

Le cinéma prend alors le nom de "Pathé-Clichy".

En février 1994 il ferme temporairement ses portes, pour les travaux qui vont conduire à son intégration au "Pathé-Wepler".

L'ancien "Pathé-Clichy" 1 à 3 en 1994

La reconstruction de cet ancien cinéma va conduire à la création de cinq salles (200, 160, 150, 100 et 60 places), baptisées "Pathé-Wepler 8 à 12", avec une entrée propre.

L'entrée des salles 8 à12, au 8 avenue de Clichy en 1995

Photo © trash world, juin 2009 / Flickr® -  Licence Créative Commons Attribution 2.0 Générique

De son côté, le "Pathé-Wepler" d'origine va se transformer avec la création d'une troisième salle.

Les travaux en 1994

L'entrée principale, sur le boulevard de Clichy en 1995

Les salles "Pathé-Wepler 3 à 6" issues de l'ancien cinéma "Les Images", devenues "Pathé-Wepler 4 à 7", vont quant à elles perdre leur entrée indépendante.

L'ancien "Pathé-Wepler" 3 à 6 en 1994

Pendant quelques années, un vidéo-club voisinera avec les sorties des salles.

L'ancien "Pathé-Wepler" 3 à 6 en 1995

 Capture d'écran © Google Maps

Créé à partir de trois anciens cinémas, le "Pathé-Wepler" est aujourd'hui un multiplexe moderne de 12 salles à la pointe de la technique, dont la plus grande n'accueille plus que 412 spectateurs.

Localisation : Paris 18ème - 140, boulevard de Clichy / 8, avenue de Clichy

Merci à Didier Noisy pour les photos des "Images" en 1965.

samedi 2 décembre 2017

Palace (Lons-le-Saunier - 39)


Ce cinéma vient de fêter son centenaire, puisque c'est le 29 novembre 1917 que s'ouvrent les portes du "Palace" de Lons-le-Saunier (39).

L'établissement possédait à l'origine une salle unique de 600 places, qui était pourvue d'une scène de 6 mètres par 3.

Photo libre de droit (domaine public)

Vers les années 70, il sera morcelé en 3 salles (388 places au total).

Un temps menacé de fermeture du fait du projet d'un complexe, la proximité immédiate de ce dernier jouera finalement en faveur du "Palace", une fois n'est pas coutume !

Le cinéma de trois salles intègre donc en 2009 le circuit "Mégarama", propriétaire du dit complexe, pour compléter l'offre de salles et de films, en projetant des films en continuation et des œuvres plus pointues.

Un projet de rénovation du "Palace" est en cours, pour pérenniser son activité.

Localisation : Lons-le-Saunier (39) - 9, rue Pasteur

Merci à Bernard pour la photo actuelle.


mercredi 22 novembre 2017

Etoile Saint-Germain-des-Prés (Paris 6ème)

Capture d'écran © Google Maps

Ce cinéma d'art et essai est le dernier du quartier Saint-Germain-des-Prés, et il en a d'autant plus de mérite car c'est toujours un établissement à salle unique !

Son histoire débute le 26 mars 1969, avec l'ouverture du "Bilboquet", nom de l'ancien cabaret que le cinéma a remplacé.

La salle, située en sous-sol, possède 307 places, et comporte une décoration audacieuse et originale : le faux-plafond est constitué de "dents de requins", alors qu'un panneau décoratif constitué d'éléments mobiles en forme de bilboquets fait office de rideau d'écran !

 Au temps du "Bilboquet"... - Droits Réservés

En décembre 1979, sa capacité est augmentée à 366 places, et le cinéma est intégré au circuit "Olympic" de Frédéric Mitterrand, et prend la nouvelle appellation "Olympic-Saint-Germain".

Ce dernier revend le cinéma en 1985, et il devient le "Saint-Germain-des-Prés" en octobre.

La capacité de la salle, après travaux, est ramenée à 252 fauteuils.

En 1988, en hommage au célèbre producteur, le nom de "Salle Georges-de-Beauregard" est accolé au nom de la salle.


Au début des années 90, le cinéma va connaître une période de grand danger, sa fermeture et sa transformation en cuisine d'un restaurant voisin étant programmée à l'expiration du bail en janvier 1992...

Une forte mobilisation a heureusement permis de mettre à terme à cette menace !

Le cinéma va donc pouvoir poursuivre sa carrière.


Un nouveau tournant se produit en mai 2011, avec l'intégration de la salle dans le circuit "Etoile-Cinémas".

Après trois mois de travaux, la nouvelle salle du cinéma "Etoile Saint-Germain-des-Prés", très confortable avec ses 208 places, accueille les cinéphiles pour des projections dans les meilleures conditions techniques.

Localisation : Paris 6ème - 22, rue Guillaume-Apollinaire

 

samedi 18 novembre 2017

Cinéma 11x20+14 (Mons-en-Montois - 77)

Photo © KnitSpirit, avril 2011 / Flickr® -  Licence Créative Commons Attribution 2.0 Générique

Le plus petit cinéma d'Ile-de-France, avec sa salle unique de 50 places, est installé depuis 1981 dans une grange d'un village de 400 habitants, au sud de la Seine-et-Marne.

Le confort et la technique n'en sont pas pour autant sacrifiés, puisque les spectateurs peuvent assister dans de véritables fauteuils de cinéma à la projection de films en numérique 4K !

Photo © seine et foret 77, janvier2003 / Flickr® -  Licence Créative Commons Attribution 2.0 Générique

La programmation est composée de films "grand public" et "art et essai".

Une autre originalité réside dans le nom de l'établissement, pour le moins énigmatique...

En voici l'explication : « Le 21 avril 1430, jour du grand malheur, les onze-vingt-quatorze (234) habitants de Mons-en-Montois, dits « les Mutins », furent massacrés par les Anglo-Bourguignons pour avoir défendu leur liberté, leur famille et leurs biens. »

L'avenir de ce cinéma associatif dynamique et essentiel à la vie culturelle de la région pourrait malheureusement être compromis, car la fin du "contrat aidé" du projectionniste est très préjudiciable à l'équilibre financier de l'établissement...

L'association "11x20+14" fait donc appel aux généreux donateurs, afin que le cinéma, dont le slogan est "pas de pub - pas de pop corn - des films - des vrais" puisse continuer son aventure après le 31 décembre prochain !

Localisation : Mons-en-Montois (77) - 21, rue de la Croix Rouge

 

mercredi 15 novembre 2017

Lutétia-Pathé (Paris 17ème)

Le cinéma "Lutétia-Wagram" photographié le 3 mai 1918 - N° d’inventaire A 14 012, Collection Archives de la Planète - Musée Albert-Kahn/Département des Hauts-de-Seine - http://collections.albert-kahn.hauts-de-seine.fr - Autorisations de réutilisation possibles dans les mêmes conditions.

Ouvert le 19 décembre 1913, le cinéma "Lutétia-Wagram" - comme il se nommait à l'époque - possédait une superbe façade constituée d'un porche encadré par deux clochetons, et muni d'un balcon surmonté d'une grande verrière.

La salle comprenait deux balcons, et avait une capacité de 1100 places.

L'intérieur de la salle photographié en 1928 - Photo © Site Cinema Treasures -  Licence Creative Commons paternité – partage à l’identique 3.0 (non transposée)

la façade photographiée dans les années 30 - Photo © Site Cinema Treasures -  Licence Creative Commons paternité – partage à l’identique 3.0 (non transposée)

L'établissement est intégré au circuit "Pathé" en avril 1929, et devient le "Lutétia-Pathé".

Le cinéma est entièrement rénové en 1953.

Victime de la concurrence des salles des Champs-Elysées, le cinéma ferme définitivement ses portes le 29 janvier 1968.

Il sera démoli par la suite pour laisser place à un immeuble.

Localisation : Paris 17ème - 31-33, avenue de Wagram

 

dimanche 12 novembre 2017

Rex (Figeac - 46)

Photo © Duncan, janvier2017 / Flickr® -  Licence Créative Commons Attribution 2.0 Générique

Ouvert au début des années 40, le cinéma "Rex" de Figeac, possédait une salle unique de 400 places avec un balcon.

Au cours des années 80, il est divisé en deux salles (270 places au total).

Après sa fermeture en 1995, le lieu est mis à la disposition de jeunes musiciens.

Un projet de transformation en centre culturel ne verra malheureusement pas le jour, puisque l'ancien cinéma est en cours de transformation en résidence immobilière...

Capture d'écran © Google Maps

Localisation : Figeac (46) - 16, rue des Maquisards

 

jeudi 9 novembre 2017

UGC Concorde (Lyon 2ème - 69)

Le cinéma photographié le 16 mai 1989 - Photo © L. Abad / Bibliothèque municipale de Lyon - Fonds Lyon Figaro 1986-2006 - Licence Creative Commons by-nc-nd 2.0

Les origines de ce complexe lyonnais de 5 salles, aujourd'hui disparu, remontent à l'année 1957, avec l'ouverture d'un cinéma de 670 places, le "Star", dont l'entrée était située dans une rue perpendiculaire, au numéro 32 de la rue Thomassin.

Le cinéma avait remplacé un dancing et un music-hall.

Entre 1970 et 1972, il est rebaptisé le "Concorde".

Après de longs travaux, l'ancien établissement à salle unique est transformé en complexe de 5 salles, inauguré en 1974.

L'entrée du nouveau cinéma, devenu "UGC Concorde", est déplacée sur la rue du Président-Carnot.

Le cinéma photographié le 16 mai 1989 - Photo © L. Abad / Bibliothèque municipale de Lyon - Fonds Lyon Figaro 1986-2006 - Licence Creative Commons by-nc-nd 2.0

Le cinéma photographié le 16 mai 1989 - Photo © L. Abad / Bibliothèque municipale de Lyon - Fonds Lyon Figaro 1986-2006 - Licence Creative Commons by-nc-nd 2.0

Le cinéma photographié le 16 mai 1989 : les escaliers d'accès aux salles - Photo © L. Abad / Bibliothèque municipale de Lyon - Fonds Lyon Figaro 1986-2006 - Licence Creative Commons by-nc-nd 2.0

Il continue sa carrière de cinéma d'exclusivité jusqu'à sa fermeture définitive en mars 1991.

Une grande surface d'ameublement occupe de nos jours les lieux.

Capture d'écran © Google Maps

Localisation : Lyon 2ème (69) - 10, rue du Président-Carnot

 

dimanche 5 novembre 2017

Cinéac-Montparnasse (Paris 15ème)

Les enseignes du cinéma, côté Place de Rennes - Photo © Site Cinema Treasures -  Licence Creative Commons paternité – partage à l’identique 3.0 (non transposée)

Situé dans la "Galerie des Marchands" de l'ancienne gare Montparnasse, c'est le 28 septembre 1933 que voit le jour le cinéma d'actualités "Cinéac-Le Journal", un établissement du célèbre circuit "Cinéac" créé par Réginald Ford avec les architectes De Montaut et Gorska.

Le programme proposé par cet établissement était composé de courtes séquences d'actualités, de documentaires et de dessins animés, les séances durant une heure maximum et se répétant de 10h à 24h.

La salle avait une capacité de 541 places.

La façade du cinéma, côté Rue du Départ - Droits Réservés


L'accès à la salle, depuis la Galerie des Marchands - Document © SIAF/Cité de l'Architecture et du Patrimoine/Archives d'Architecture du XXe siècle - Cliché Anonyme

Rebaptisé après la guerre "Cinéac-Montparnasse", le cinéma ferme définitivement ses portes le 28 juin 1966.

Localisation : Paris 15ème - Gare Montparnasse

 

dimanche 22 octobre 2017

Alhambra (Troyes - 10)


Le cinéma "Alhambra", aujourd'hui disparu, a son histoire qui remonte à l'année 1913, avec la création du "Cinéma Pathé", un établissement avec une salle de 600 places.

Le "Cinéma-Pathé" - Photo libre de droit (domaine public)

En 1922, il est rebaptisé "Alhambra".

Il est totalement rénové en 1965, avec la création d'une nouvelle façade avec une fausse ferme en bois pour s'intégrer avec les immeubles adjacents, et une nouvelle salle de 850 places avec un balcon.

La façade en 1965 - © La Cinématographie Française

La salle en 1965 - © La Cinématographie Française

La salle en 1965 - © La Cinématographie Française

Le nouvel établissement est résolument moderne, avec notamment la présence d'un ascenseur pour accéder au balcon!

Le cinéma sera ultérieurement transformé en complexe de 4 salles, avec notamment la création d'une salle en sous-sol.

En 2004, le cinéma a définitivement fermé ses portes à l'occasion de l'ouverture d'un multiplexe.

Resté à l'abandon de nombreuses années, l'ancien "Alhambra" a été récemment rasé pour laisser la place à une résidence immobilière qui a conservé l'identité des lieux.

Localisation : Troyes (10) - 20, rue Champeaux

Remerciements à Bernard (photo du cinéma fermé) et Didier Noisy (documents de 1965).

mercredi 18 octobre 2017

Studio de la Harpe (Paris 5ème)

Vue d'artiste du cinéma "Studio de la Harpe" - Droits Réservés

Situé en plein cœur du quartier latin, le "Studio de la Harpe" avait ouvert ses portes le 20 avril 1966.

Il comportait à l'origine une salle de 200 places, pourvue d'un balcon.


La salle en 1967, dans sa configuration originelle - © Le Film Français

L'établissement faisait partie de l'éclectique circuit Henri Douvin, et en était l'une des deux salles d'exclusivité comme en témoigne ce pavé de presse de l'époque.

Pavé de presse publié dans "L'Officiel des Spectacles" du 5 au 11 avril 1967 / Collection Philippe Célérier

En octobre 1979, une deuxième salle est créée dans l'ancien balcon, avec une capacité minuscule de 44 places !

Le cinéma continue sa carrière de cinéma d'exclusivité, en proposant également des œuvres d'art et essai.


Le "Studio de la Harpe" cesse définitivement son activité le 22 novembre 1988, et se transforme en magasin de disques, puis en restaurant à l'instar de tous les autres cinémas de ce quartier touristique Harpe-Saint-Séverin...


Localisation : Paris 5ème - 13, rue Saint-Séverin

Merci à Didier Noisy pour les photos de l'intérieur de la salle.

 

dimanche 15 octobre 2017

Royal (Metz - 57)

Capture d'écran © Google Maps

Cette salle de cinéma est située dans un bâtiment historique, l'Hôtel des Arts et Métiers inauguré en 1909 en période d'annexion par l'empereur Guillaume II.

Photo libre de droit (domaine public)

L'établissement ouvre ses portes en 1919 dans le volume de la salle des fêtes sous le nom de "Cinéma Lorrain".

Le cinéma ferme ses portes en 1922, puis rouvre en 1925 sous le nom de "Royal".

En 1932, il est équipé pour le cinéma parlant.

Avec la nouvelle période de conflit et d'occupation allemande, le cinéma ferme à nouveau ses portes en 1940, avant de devenir en 1941 le "Kammer Lichtspiele".

Redevenu le "Royal" à la fin de la guerre, le cinéma est rénové en 1949, équipé de cabines de projections "Westrex", puis équipé pour le Cinémascope en 1957.



La salle, d'une capacité de 580 places avec balcon et loges, est alors spécialisée dans les continuations de grands succès, dans les films familiaux, dans les festivals de dessins animés et de films comiques (Laurel et Hardy...).

Un changement de cap se produit en 1968 avec la diffusion de films d'art et essai, mais celui-ci sera très bref, le "Royal" s'orientant dès 1969 vers les films érotiques, puis le cinéma pornographique en 1990.

La salle, classée "X", poursuivra son activité jusqu'à sa fermeture le 31 décembre 2016.

Une rénovation est en cours pour transformation en salle de spectacles, comme en témoignent les photos suivantes..





Localisation : Metz (57) - 2, rue Gambetta

Merci à Daniel Collin, qui a été projectionniste dans cet établissement dans les années 60 !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...